image_pdf

Depuis quelques temps, le Graph Search de Facebook fait parler de lui, amenant une nouvelle façon de trouver des informations, par une « recherche sociale ». Ce nouvel outil qui génère à la fois enthousiasme et craintes est à manier avec précaution afin d’éviter de retrouver des informations embarrassantes ou fausses sur soi ou son entreprise ou encore de se mettre en danger.

De nouvelles fonctionnalités

Le Graph Search de Facebook devrait permettre à ses utilisateurs de faire une recherche personnalisée par ses amis Facebook, en recherchant par exemple quel restaurant ils aiment à Strasbourg, ou ce qu’ils ont aimé au Canada. Cela peut être bien pratique pour pouvoir s’inspirer de l’expérience de ses connaissances ou encore savoir qui partage les mêmes centres d’intérêt.

Pour les entreprises, le Graph Search prend son intérêt particulièrement pour les entreprises locales, si celles-ci utilisent les réseaux sociaux et créent des liens avec leurs clients et partenaires. En effet, cela peut leur permettre de sortir du lot sans pour autant avoir besoin d’un budget publicitaire élevé.

Des pièges à éviter

Attention toutefois aux paramètres de confidentialité de Facebook. Il en a été question il y a quelques temps avec la remontée de messages pensés privés et il en est de même pour le Graph Search, qui permet d’obtenir des informations embarrassantes sur ses proches, collègues ou sur les entreprises. On peut par exemple découvrir qui parmi ses collègues aime le racisme, ou quels hommes mariés aiment des sites de rencontre adultères. Les opinions politiques ou religieuses ont aussi plus facilement accessibles, bien que cela ne regarde pas forcément l’intéressé.

Si Facebook a mis en place les réglages nécessaires à protéger sa vie privée, encore faut-il les paramétrer et faire attention à ce que l’on déclare publiquement aimer, poste ou ce que l’on fait sur le réseau social.

Enfants et adolescents: les risques

Pour les parents, la tache est encore plus difficile. Plusieurs craintes ont été soulevées concernant la possibilité pour des enfants de devenir une proie facile pour les pervers, qui peuvent accéder plus facilement à des informations telles que quels sont les élèves de telle école qui habitent tel quartier, lesquels vont à l’école en bus, lesquels vont au festival demain soir.

Bien que Facebook prenne des mesures pour faire en sorte que les informations partagées entre adolescents ne puissent l’être qu’avec un nombre maximum d’amis et amis d’amis et que seules des personnes de 13 à 17 ans puissent accéder aux informations d’autres amis adolescents, ces mesures sont assez faciles à contourner vu que rien n’empêche de mentir sur son âge lors de l’inscription et de devenir ami Facebook de ces jeunes pour les adultes ou les enfants de moins de 13ans (âge minimum pour s’inscrire sur Facebook).

L’arrivée du Graph Search est donc une bonne nouvelle, si tant est que ses utilisateurs s’en servent avec précaution, afin d’éviter de voir sa vie privée mise à nue ou courir des risques pour son entreprise, soi-même ou sa famille. Bien des astuces existent pour se parer contre ces situations, et l’assurance e-réputation peut s’avérer utile pour se protéger des attaques, les parer et être informé de l’utilisation des ses informations personnelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *